Après quelques mois avec l’instrument

 

Quel bilan tirer des ces derniers mois avec la « bête » ?

On ne va pas tourner autour du pot : je ne joue plus qu’avec cette guitare !
Mes autres guitares sont restée dans leurs étuis respectifs.
Pourquoi ?

C’est très simple : quand vous avec passer des années sur différents instruments avec l’envie de réunir toutes les qualités des unes et des autres dans un nouvel instrument, ça change tout !

Le bois est magnifique, et la finition huilé lui confère un aspect « vivant ».
Moi qui ai tendance à devoir essuyer les manches de mes guitare régulièrement car j’ai une sensation de « main qui colle » après quelques temps de jeu, avec le bois huilé, c’est terminé.

J’aime la fluidité de ce manche, j’aime le poids de l’ensemble.

Certains préfèreront les guitares vernies ou peintes, mais la sensation d’une guitare « bois huilé » est une expérience différente. J’ai personnellement l’impression d’être encore plus fusionnel avec cet instrument. Cela est sans doute renforcé par le fait qu’il est unique et qu’il est le fruit de plusieurs années de réflexions.

 

Concernant les micros

Lors du montage initiale, mon choix s’est porté sur la polyvalence.

J’avais choisi des micros P-rails de chez Seymour Duncan associés à un capteur Piezo dans le chevalet.
Attention câblage cauchemardesque en perspective 🙂
Les P-rails sont censé combiner 4 types de sons:
– Simple
– P90
– Humbucker
– PAF
Le capteur Piezo est là pour apporter le son d’une guitare électro-acoustique.
Pas moins de 24 combinaisons possibles de micro, le tout mixable avec un capteur Piezo.

Les positions s’activaient grâce à des potentiomètre en PUSH/PULL.

Les P-rails ne seront peut-être pas les derniers micros que connaitrait cette guitare, mais ils m’auront permis de tester différents type de sonorité avec cette guitare. Et ça, c’est un super luxe !

Même si on peut leur reprocher un léger manque de caractère, il font le job.
Je les ai changé après quelque semaines car j’avais enfin trouvé ma combinaison idéale sur l’instrument : P90 en manche et PAF Classic 57 en chevalet. Car oui, à la fin, je ne jouais plus avec les push/pull, je restais sur mes positions préférées.

 

Autre point très personnel : les P-rails sont des micros très puissants (18 kOhms pour le chevalet). Normale quand on sait qu’on additionne un simple et un p90. Mais j’ai préféré des micros avec un niveau de sortie moindre afin de favoriser la dynamique.

Le set de chez Dreamsongs Pickup rempli parfaitement son rôle de mon point de vue.

Rapidement, le P90 est devenu mon micro fétiche car il cumul (de mon point de vue), les avantage d’un bon simple, en y ajoutant une dynamique et une chaleur supérieure. On n’est pas vraiment sur un simple, on n’est pas sur un humbucker, et ça le fait !

 On peut aller chercher du son clair limpide, et on peut aller cruncher rien qu’en poussant l’attaque. Le potentiomètre de volume prend tout son intérêt car on explore de nouveaux territoires sonores en jouant avec.

Le Classic 57 quant à lui, me permet de conserver un bon vieux son rock typique… Et on a tout de suite la couleur 🙂

 Je ne vais pas épiloguer sur le Piezo, mais j’ai effectivement une palette de son hyper large avec cette guitare, mais avec une personnalité qui lui est propre.

 

POUR CONCLURE

Je teste maintenant régulièrement des guitares de l’atelier (#OnNeFaitPasUnMétierFacile), je suis fière de tous ces instruments qui sortent de l’atelier.
Mais je peux vous garantir que votre instrument, celui que vous avez imaginé pendant des années, et que vous allez un jour faire réaliser par un luthier, sera un instrument unique dont vous ne pourrez plus vous passer.
C’est mon cas.

Je m’arrête là car je peux encore en faire des tartines…

Au plaisir de vous croiser à l’atelier ou sur un salon, pour partager cette passion avec vous et continuer la discussion, ou mieux, vous faire essayer ma guitare 🙂

 

La page de l’instrument :

Vers la page de la SY 

 

 

POUR INFO

 Depuis quelques temps, je travaille avec Quentin. Cependant, je souhaitait partager avec du recul mon retour d’expérience en conservant mon objectivité.

 

Avec le petit bassman des années 60 et la TubeSCreamer qui vont bien avec
Sortie d'atelier
Les micros